Bon pied, bon oeil

Aucune partie de notre corps n’est parfaitement symétrique. Nous avons tous une main préférentielle, mais aussi un pied, un oeil et même une oreille préférées. Et il n’y a a priori pas de raison pour qu’ils soient tous du même côté. Quand ils ne sont pas tous du même côté, on parle de latéralité croisée.

Déterminer sa latéralité

Il n’y a pas de recette magique, et plein de facteurs peuvent faire qu’on ne peut pas bien définir un pied, un oeil ou une oreille dominants. Surtout pour les deux derniers, l’oeil et l’oreille, qui sont particulièrement sensibles aux évènements de la vie, et peuvent changer au cours du temps. Mais ces petites questions peuvent vous guider.

Déterminer son pied préféré

  • Avec quel pied est-ce que vous tapez un ballon ?
  • Si vous devez monter sur un tabouret, quel pied montez-vous en premier ?
  • Si vous devez attraper un caillou avec vos orteils, quel pied utilisez-vous ?

Déterminer son oeil directeur

Déjà, commençons par les mauvaises idées : se demander quel oeil on utilise de préférence pour regarder par un trou de serrure, le goulot d’une bouteille ou le viseur d’une arme. Ce sont des mauvaises idées parce que cela dépend de l’environnement (position de la serrure par exemple), ou alors que le choix de l’oeil peut être éclipsé par le choix de la main (je prends la bouteille de ma main droit et donc, naturellement, je regarde avec l’oeil droit). En tout cas, chacun peut s’en faire une intuition différente au moment de répondre.

Pour avoir une meilleure idée de son oeil directeur, on peut faire l’expérience suivante : repérez un objet fixe autour de vous, et pointez votre index vers l’objet, de sorte que le bout de l’index coïncide parfaitement avec l’objet. Faites ceci rapidement et sans trop réfléchir. Puis, ne bougez plus. Fermez alternativement l’oeil gauche et l’oeil droit. À un moment, l’objet va « bouger », en tout cas il ne sera plus aligné avec le doigt. L’oeil pour lequel il ne bouge pas est l’oeil directeur. Il se peut que l’objet se décale avec les deux yeux, mais il se décalera moins d’un côté que de l’autre.

Oeil directeur
Oeil pas directeur

À quoi ça me sert de savoir ça ?

Si un jour vous êtes enfermé par un psychopathe qui vous dit qu’il va vous arracher un oeil et vous demande de choisir lequel, alors vous saurez quoi répondre.

Mais cela peut aussi vous aider dans la vie quotidienne. En général, quand vous devez faire une action et qu’il faut choisir un pied, un oeil, une main pour l’accomplir, l’intuition vous guidera. Mais si l’intuition ne vous guide pas, le fait de connaitre vos côtés forts peut aider. Au tir, par exemple, on vous demandera souvent quel est votre oeil directeur pour vous expliquer ensuite la bonne position.

Les latéralités croisées, c’est grave ?

Non, ce n’est pas grave, en général, mais ça peut rendre certaines activités plus compliquées. Le tir, par exemple, est une activité qui utilise la main et l’oeil du même côté. Si vous avez une latéralité croisée de la main et de l’oeil, vous devrez faire un choix, et dans tous les cas vous ne serez pas aussi performant que quelqu’un qui ne serait pas croisé.

Des statistiques ?

Du coup, est-ce qu’il y a un lien entre la main, le pied, et l’oeil préférés ? On a déjà du mal à bien définir formellement une main préférentielle, alors toute tentative de faire un lien est vouée à être approximative. Ce qui n’a pas empêché les chercheurs d’essayer de catégoriser et d’en faire des statistiques.

On a donc supposé qu’il pouvait y avoir 8 catégories d’individus, avec toutes les combinaisons possibles de latéralité main-pied-oeil. Le plus commun, c’est « Triple D », ou DDD, c’est l’individu qui a la main droite, le pied droit et l’oeil droit dominant. On dit qu’il a une latéralité homogène.

DDD

Si vous aussi vous voulez vous ranger dans une catégorie, voici les répartitions supposées des combinaisons :

Et pour l’oreille ?

Les chercheurs se sont moins penchés sur la latéralité de l’oreille. Certains ont tout de même tenté le regroupement avec l’oeil pour définir une latéralité du visage (ou de la tête). Mais qu’importe. La latéralité de l’oreille est secondaire parce qu’elle est moins déterminante dans nos actions. De plus, cette latéralité est beaucoup moins source de difficultés : il n’y a pas vraiment d’objets et activités de la vie courante qui pénalisent les « gauchers de l’oreille » par rapport aux « droitiers de l’oreille ».

Mais pour imaginer votre oreille dominante, vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • De quel côté est-ce que vous entendez le mieux ?
  • Quelle oreille plaqueriez-vous contre une porte pour écouter une conversation de l’autre côté ?
  • Avec quelle oreille téléphonez-vous (mais attention, le choix de la main guide aussi votre position) ?

Il y a d’autres latéralités inutiles donc inexplorées : les narines – on perçoit probablement mieux les odeurs d’une narine que de l’autre, la bouche – on mastique probablement plus souvent d’un côté.

Tout ceci n’a pas grand intérêt, mais il faut juste se rappeler que notre corps est asymétrique, à l’intérieur comme à l’extérieur.

1 réflexion sur “Bon pied, bon oeil”

  1. Ping : Baseball – Latéralisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *